Ouvrier coulé dans le beton

*
GRAVE accidents AU BARRAGE de CHAMBON EN 1930
La construction de Barrage aux Chambon fut endeuillée à plusieurs renversement par de terribles les accidents de chantier. Aux ces accidents nous née savons que peu ns chose, cet article du devoir Dauphinois de 1930 nous retrace l’un d’eux.

Le Barrage de Chambon fut l’un des plus grands jardin européens de son temps. Ns ruche humain bourdonnante. Plus de 900 ouvriers, du 14 nationalités différentes, se mêlant dans un environnement hostile, jalonné d’explosions, du tonnes aux terre et de cailloux, de grumes, ns ferraille, du bruits assourdissants, du fatigue et de froid. À 1000 mètres d’altitude, moyennant toutes das saisons, celles hommes gagnaient durement deux vie, certaines la perdirent, et de leur histoire, il ne reste que de toi stèles, une au cimetière du Freney-d’Oisans et l’autre jusquà Mizoën. Treize noms, gravés dans le marbre, parfois avec maladresse, comme Florindo Strappazzon, premier décédé aux chantier en june 1930, dont l’histoire nous aurait été racontée par celles enfants, elvire et Jourdan. Florindo devenant convecteur les marcheurs des allées gravillonnées, “Florido Strapazzon”, un fantôme qui n’existe que dessus la calcul blanche, à lintérieur le physiquement fut boudé en une fraction ns seconde par une mine, à lintérieur le amortissement fut écorché pour l’éternité par ns maladresse humaine. Treize hommes, 13 noms, 13 destins broyés dessus l’autel ns notre histoire, aux noms aux nos industries, de notre progrès.13, ce nombre est-il exhaustif ?

De cette pan ns notre biographie locale sommet un monolithe aux 320 000 tonnes de béton, et, faim à lui, une légende rurale qui semble résister, qui importer de bouche en bouche au arbore des générations, sans les moindre altération. L’histoire est tellement horrible, mais semble si lointaine, qu’elle choque jusqu’à peine celles qui l’écoutent et acquiescent toujours auprès horreur, maïs sans nexiste pas réprobation.

Vous lisez ce: Ouvrier coulé dans le beton

“Quoi de plus normal… à ça époque”.

“Des ouvriers seraient tombés vivants à lintérieur le spécifiquement liquide lors ns la construction de barrage, elle seraient morts noyés sans plus l’on puisse arrêter la coulée déversée par das blondins, sans que l’on puisse das secourir.”Quelle d’horreur cette biographie !

Horrible ! maïs totalement fausse au regard de alger les documents techniques, de la méthode aux construction moyennant palier de un mètre, et des rares document vidéo. Avec un dosage en ciment continue de 150 kg /m3 à 250 kg /m3 par mètres cube du béton cyclopéen, les ouvriers spécialisés, “griffeurs” und “signaleurs”, marchaient littéralement sur les béton au fur et jusquà mesure ns l’avancement ns la coulée. Les accidents étaient, convectif la plupart, situés sur le site ns la carrière, provoqués moyennant des tirs ns mines, prendre plaisir cela se fabrication tragiquement convecteur Florindo Strappazzon.Le plus meurtrier de alger fut consécutif jusquà l’effondrement aux dizaines du mètres cubes d’alluvions, provoqué par les rupture de la prison des batardeaux, pour des ouvriers mentir en aval, venir plus bas des fouilles, dans d’un marmite glacière, un gouffre abyssal lequel devint ton funestes et éphémères tombeaux.D’autres les accidents étaient provoqués par l’habitude ns gestes répétés, dix, cent, mille fois. Une mécanique bien huilée d’où vient se glisser un comportement de sable mortel, profitez-en cela s’est produisit en ça fin du journée, ce lundi 22 décembre 1930, effroyable moment qui coûta la vie à M. Derraldji Koudja. L’autre accidenté grave, M. Kerbato Abd-el-Kader s’en sortira après ns longue convalescence.

Le dil. Dauphinois seconde 22 décembre 1930
Grave accidents au Barrage ns Chambon. Un ouvrier orient tué. − Deux est différent sont blessés, parmi eux un très grièvement.

Voir plus: Liste Verification Avant Achat Maison, Check, : Ce Qu'Il Faut Savoir

Voir plus: Tomate Cœur De Bœuf : Comment La Plant Tomate Coeur De Boeuf

− Dix-sept etc ouvriers faillirent am ensevelis

Nous avons, cette y a de toi jours, publié ns photographie aux barrage ns Chambon. Ce barrage, à lintérieur la incarcération est à distance d’être achevée, va couper la Romanche, au-delà aux Freney-d’Oisans. Il créera une lac aux six jusqu’à sept kilomètres ns long, d’où partiront de puissantes tomber d’eau destinées à alimenter ns nombreuses usines aux la région. Ces énormes travaux, commencés puisque plusieurs années, sont effectués par MM. Campenon et Bernard. La reconnaissance grande sections des ouvriers qu’ils occupent dorient d’origine étrangère.
Un virtuellement grave accidents s’y dorient produit, ce soir, vers 19 heures. Dessus un des côtés du la cheminement est réglage un tremplin dessus lequel arrivent les matériel montés par une benne dessiné elle-même par un câble. N ° 3 ouvriers confiance en soi trouvaient sur cette tremplin. Ns benne, en montant concéder violemment que de coutume, le ajuster basculer. Leur des homme furent projetés dedans le vide d’une hauteur de quarante mètre environ. L’un d’eux décidé Koudja, algérien lâge de 31 ans, fut horriblement broyé et tué dessus le coup. Le deuxième, Kerbato Abd-el-Kader, âge de 29 ans, a été très gravement blessé. On l’a transporté à l’hôpital du Grenoble dedans un condition désespéré. Le troisième Remollo Pizollo, 22 ans, matière italien, avait eu ns temps de sauter, en (et) née s’est à faire que des contusions.Dans ns fouille au-dessous aux tremplin, se faire trouvaient dix-sept autre ouvriers. Ils furent frôlés par das matériaux tombés aux tremplin, rang on das crut je connais ensevelis. C’est d’ailleurs, ainsi, moyennant le plus grand des hasards qu’ils ont échappé. Les blessée ont reçu les soins de M. Le médecin Faure, de Bourg-d’Oisans. Les constatations ont été faites par esquive gendarmes blanc et Arnaud, ns Freney-d’Oisans.

Sources : Archives andrew Glaudas
1930-A.Glaudas- § 20 – article-Le dil Dauphinois-Lundi 22 décembre 1930

Mémoire :Historique, du la construction ns Barrage ns Chambon célébrer Présenté par Jean-François Obled
Sous ns direction ns Mme A. Dalmasso année 1997-1998

Dossier Vicat : Société de Régularisation, forces Motrices ns la Vallée de la Romanche le dénormes Barrage aux Chambon